Archives de Tag: cinéma

Critique La Belle et la Bête

bellebeteaffiche3

Le week-end dernier, je suis allée voir le tout nouveau long métrage des studios Disney. Le remake tant attendu du grand classique La Belle et la Bête réalisé par Bill Condon.

L’histoire se contente de reprendre celle du film d’animation de 1991. Belle, une jeune villageoise, décide de prendre la place de son père, lorsque celui-ci est fait prisonnier par une Bête vivant dans un château. La Bête était autrefois un Prince égoïste et capricieux. Pour avoir refusé l’abri à une mendiante, il fut punit par une enchanteresse (véritable apparence de la mendiante) qui lui jeta une malédiction le transformant en monstre et tous les habitants de son château en objets magiques. Ils ne seront délivrés du sortilège que si la Bête parvient à se faire aimer malgré sa monstrueuse apparence.

bellebete6

Avec un casting de rêve réunissant Emma Watson, Dan Stevens, Luke Evans, Josh Gad, Ian McKellen, Emma Thompson, Ewan McGregor ou encore Stanley Tucci, Bill Condon relève le défi et nous fait revivre ce chef d’oeuvre sous forme de comédie musicale. Alan Menken, le compositeur du film d’origine revient nous enchanter avec une réorchestration de la partition originale agrémentée par l’ajout de nouvelles chansons, qui sont toutes un régal à entendre.

bellebete3

Le film est absolument sublime visuellement. C’est un émerveillement pour les yeux et les oreilles. Les décors sont beaux, les costumes magnifiques, en particulier les robes de Belle qui sont modernisées. Toutefois, quelques plans manquent parfois de netteté et certains mouvements de caméra rendent par moment la lecture difficile. L’ensemble du casting s’en tire à merveille. Emma Watson campe ici une Belle convaincante, naturelle et inventive, avec du caractère. Luke Evans est le Gaston parfait. Mention spéciale à Josh Gad qui s’approprie complètement le personnage de Lefou en lui donnant un certain charisme. Le personnage de la Bête est selon moi un peu trop adouci niveau caractère mais cela le rend plus humain. L’animation en CGI est de très bonne facture.

bellebete11

Cependant, le seul reproche que j’aurai à faire au film, c’est de rester trop proche du film d’animation. Tellement proche que c’est quasiment du copié-collé. Ce qui est dommage car malgré quelques éléments nouveaux, le film ne prend pas assez de risques. Etant plus long que l’original, je m’attendais à ce que le développement soit plus étoffé, en s’attardant un peu plus sur la relation Belle-Bête. Malheureusement tout s’enchaîne à toute vitesse et l’on a l’impression de rester sur notre faim au dénouement final. L’ajout de l’Atlas magique est complètement inutile, ne servant que pour une scène. Certains détails qui pouvait passer sans problème dans un film d’animation, ont tendance à nous faire sortir du film qui perd alors en crédibilité (par exemple la notion de temps entre le village et le château trop floue, le passage permettant son accès assez aléatoire…). Des scènes emblématiques auraient également méritées un traitement plus abouti, comme l’exploration de l’aile ouest, l’attaque des loups, la découverte de la bibliothèque, la transformation finale ou encore la mort de Gaston, qui avaient plus d’ampleur dans le film original.

bellebete5

Néanmoins, il y a plusieurs choses que j’ai apprécié comme par exemple le prologue plus détaillé, la façon dont Belle prend la place de son père, le fait que les objets soient si attentionnés envers Belle à son arrivée qui installe une complicité, l’évolution de sa relation avec la Bête, électrique au début et si touchante à la fin. Les nouvelles chansons me plaisent aussi beaucoup. Je suis ravie que la Bête ait enfin une chanson qui lui est consacrée, pleine d’émotions. Concernant la VF, le travail fourni par les doubleurs est correct. La plus grande majorité des paroles des chansons ont été remaniées pour s’adapter à cette nouvelle version. Seules « C’est la Fête » et « la Belle et la Bête », les chansons les plus populaires, n’ont quasiment pas changées pour le plus grand bonheur des fans. Mais ayant également la bande originale en VO, j’aimerai beaucoup découvrir le film dans sa version originale pour profiter des performances des acteurs.

Pour conclure, ce remake n’est pas là pour détrôner le film d’animation, même si la comparaison est inévitable. Je pense que c’est au contraire un très bel hommage qui lui est rendu 26 ans après sa sortie en salles. Il permet à la nouvelle génération de découvrir ce conte sous un nouvel aspect et pour les nostalgiques de revivre cette histoire éternelle.

image-belle-bete-film-09

Publicités

HOT TOYS Star Wars – Rey & BB-8

Une nouvelle venue dans ma collection de figurines ! Attention, il ne s’agit pas de n’importe quelle figurine ! J’ai craqué sur cette HOT TOYS en découvrant un déballage sur Youtube. Cet achat n’était pas du tout prévu au départ car en découvrant les photos officielles je n’étais pas très emballée. Mais le rendu sur la vidéo d’unboxing m’a tellement bluffée que j’ai craqué ! L’attente fut très longue mais je ne suis pas du tout déçue !

A la base, je ne suis pas une très grande fan de Star Wars mais j’ai plutôt bien aimé le nouvel épisode sorti le Noël dernier. Et particulièrement son personnage principal, qui n’est autre que la jeune Rey incarnée par l’actrice Daisy Ridley. J’ai trouvé cela rafraîchissant d’avoir un personnage féminin en protagoniste principal dans un Star Wars. Daisy Ridley campe très bien son personnage, c’est une jeune femme forte et courageuse, qui a le goût de l’aventure. J’ai hâte de découvrir ses prochaines aventures et d’en apprendre plus sur ses origines.

Commençons tout d’abord par le coffret et son contenu. La boîte est assez simple, de couleur noire avec le titre en couleur argenté. Une photo de Rey et BB-8 illustre le couvercle. En le retirant on découvre une illustration cartonnée représentant Rey et son compagnon sur Jakku. Une fois celle-ci retirée, nous avons accès à la figurine et ses nombreux accessoires parmi lesquels on peut trouver :

  • un socle hexagonal et un deuxième socle aux couleurs de Jakku pouvant se rattacher au premier pour poser le droïde.
  • le masque en tissu et les lunettes de pilleuse d’épaves
  • de nombreuses mains gantées et nues interchangeables
  • un pistolet laser
  • un sabre laser
  • un bâton
  • une grande sacoche en cuir
  • deux accessoires pour BB-8

Le choix des armes est varié et c’est un gros atout car le nombre de poses est décuplé ! La figurine de Rey est également vendue seule sans BB-8 mais je trouve que cela aurait été dommage de passer à côté du duo même si le prix est légèrement plus élevé. J’ai craqué sur le petit robot dans le film et avoir une petite figurine à son effigie est un grand bonheur. Elle est extrêmement fidèle et le petit plus c’est que ses « yeux » sont équipés de leds ! La tête se pose sur le corps grâce à un aimant. On peut le mettre dans n’importe quel sens car une bille à l’intérieur du corps fait office de centre de gravité et permet au robot de rester en équilibre même sur une surface plane. J’ai été impressionnée par le poids du petit droïde, bien plus lourd qu’il n’y paraît !

Passons à la demoiselle. Que dire si ce n’est qu’elle est superbe ! Je reconnaît les traits de Daisy Ridley, le grain de peau est extrêmement bien retranscrit. Son expression est neutre mais son regard est très expressif, brillant et plein de détermination. Ses cheveux sont en plastique, car attachés en trois chignons. Des cheveux synthétiques n’aurait pas été approprié. Le costume est parfait, j’avais peur que le tissu soit trop épais et grossier mais pas du tout ! Il est fin et léger et camoufle à merveille les articulations de la figurine ! J’avais également l’impression que la poitrine était trop généreuse sur les photos promotionnelles mais en vrai elle est correcte. Autre point positif : les mains sont très souples, ce qui permet de placer aisément les accessoires.

Mon petit ami a pris ces quelques clichés, il s’est un peu amusé à faire quelques effets sur photoshop pour le sabre laser. Çà fait vraiment super classe. Vous remarquerez qu’un invité surprise s’est incrusté à la séance photo… 😉

Cinquante Nuances de Grey en Blu-ray

 

 

Petite nouveauté de la semaine en Blu-ray avec la sortie de Cinquante Nuances de Grey. Un film que j’avais trouvé assez moyen en salle mais je me suis tout de même laissée séduire par cette édition prestige. J’avoues que je m’attendais à un peu mieux concernant le coffret. Le digibook est assez joli, des images plutôt classes pour l’extérieur du coffret. Malheureusement ce combo blu-ray/DVD est au format DVD, ce qui est un peu gênant pour le ranger dans la collection de blu-ray. Le livret interne ne comporte que peu de pages et ce n’est qu’un portfolio de photos du film. Cela aurait été plus intéressant d’avoir des notes de production du film (quoique)… Ensuite il y a la partie goodies…. c’est vraiment pas terrible, un simple cayon et un carnet de notes d’une qualité médiocre et assez moche. Pour le crayon ils auraient du reprendre le design de celui de l’entreprise de C. Grey. J’aurais préféré une réplique de sa cravate ou encore la bande originale.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de visionner le blu-ray mais les tests assurent une qualité au top. Je suis plutôt curieuse de voir la version « longue » (encore un détail qui m’a franchement déçue quand j’ai regardé à l’arrière de la boîte qu’il n’y avait que 3 minutes de plus par rapport à la version cinéma… c’est vraiment se foutre du monde). Pour donner un petit avis sur le film, je dirais que c’est un film romantique classique qui n’est pas sans rappeler le culte Pretty Woman. Je dirais que les acteurs s’en tirent pas trop mal. J’ai trouvé le film dans son ensemble assez esthétique, on a de très belles images. Par contre, ceux qui pensent voir un film érotique seront déçus. S’agissant d’un film « tout public », les quelques scènes de sexe présentes sont du même niveau que celles des films sensuels des années 90. Le gros point faible du film est dans l’écriture, mais ça je pense que c’est surtout dû au support de base c’est à dire le roman d’origine, qui est incontestablement mal écrit avec des personnages trop peu développés et des dialogues sans grande profondeur. La fin du film nous donne tout de même envie de savoir la suite, et la bande originale est sympa à écouter.

Harry Potter : Des Romans à l’Ecran

 

Un nouveau livre s’ajoute à ma collection. Je voulais depuis longtemps avoir un livre sur les coulisses de la saga Harry Potter dont je suis fan. Et je n’ai pas trouvé mieux que ce livre qui est absolument bien fait ! Je l’ai déniché en occasion en très bon état sur Leboncoin, car il est introuvable en librairie. Ou alors il faut mettre le prix pour l’avoir en neuf sur internet car il devient rare et difficile à trouver.

Ce livre avec pas moins de 530 pages passe au peigne fin tous les films de la saga. Il se compose en trois grandes parties. La première traite des coulisses de la saga. A travers une grande introduction, nous apprenons pas mal de choses sur comment s’est fait l’adaptation des romans au cinéma et les étapes qui ont été nécessaires pour trouver les gens compétents pour participer à cet énorme projet mais aussi le casting des films. Ensuite, nous avons un chapitre pour chaque film qui nous entraîne derrière la caméra et nous invite dans les coulisses pour comprendre comment chaque film a été réalisé. Egalement au sein de ces chapitres, de temps en temps une page aborde un point important du film en question, cela peut être la conception d’un décor particulier, un personnage, une scène, etc. Beaucoup de photos et croquis viennent également enrichir ce contenu très riche.

La deuxième partie est consacrée à l’art de la saga : les personnages et leurs costumes, les décors et extérieurs, les créatures, effets numériques et maquillage, et enfin les accessoires et leur fabrication. La troisième et dernière partie est un petit bonus et est très courte car elle traite de la fin du tournage et des remerciements.

Ce livre est une vraie mine d’or pour tout fan de la saga Harry Potter, aucun détail n’a été oublié et le livre est vraiment très complet. De plus, il est particulièrement beau, la sublime couverture est ornée de motifs dorés. Une photo du château de Poudlard, symbole de la saga, décore son centre. A l’arrière, une citation du script de l’Ordre du Phénix. Egalement, en petit bonus dans une pochette à la fin du livre, un petit livret « Album Souvenir » avec des photos des tournages de chaque film. Si vous cherchez un livre sur les coulisses de la saga, je vous conseille celui là car c’est un très bel ouvrage de très grande qualité qui plaira à tous les fans du célèbre sorcier.

The Hobbit – Chronicles

Quatre nouveaux artbooks se sont récemment ajoutés à ma collection de livres. Il s’agit des artbooks « Chronicles » de la trilogie cinématographique du Hobbit. Etant fan de l’univers du Seigneur des Anneaux et du Hobbit sur grand écran mais également fascinée par les artbooks, je n’ai pas pu résister à l’appel de ces sublimes ouvrages ! Pour l’instant, ces quatre livres se consacrent aux deux premiers films : Un voyage inattendu et la Désolation de Smaug (2 livres par film). J’ai opté pour les versions anglaises car moins coûteuses (le prix pour un volume avoisinant les 25 euros). Et je suis ravie de mon achat car les livres sont vraiment magnifiques et de bonne qualité.

Pour vous présenter rapidement chacun des volumes, le premier artbook du Hobbit, un Voyage Inattendu est consacré à l’Art et le Design du film. On y retrouve donc des dessins en noir et blanc et en couleur qui ont servis à la conception du film dans l’ordre chronologique scène après scène. Que ce soit le design des personnages, des décors, des créatures et accessoires, tout y est. J’aime particulièrement le soin apporté aux couvertures, qui a un aspect de cuir en relief sublimé de motifs dorés. A l’intérieur de la couverture du premier volume on retrouve également une reproduction de la carte de Thorin et du Contrat que signe Bilbo.

Le deuxième volume quant à lui est consacré aux Créatures et Personnages du premier film. Cette fois la couverture bleue est agrémentée de photos de personnages emblématiques. A l’intérieur on retrouve une multitude de photos des personnages et de commentaires de l’équipe du film. Le livre est découpé en plusieurs chapitres comme suit : Les Hobbits, les Magiciens, les Nains, les Trolls, les Elfes, les Géants de Pierre, les Gobelins, Gollum, les Orcs et les Bêtes. A la fin, à l’intérieur de la couverture, une page dépliante nous présente la taille des différents personnages dessinés à la même échelle.

Le troisième volume, tout comme le premier est consacré à l’Art et le Design du deuxième film, la Désolation de Smaug et se présente de la même façon, découpé en chapitres dans l’ordre chronologique du film. A la fin du volume, toujours à l’intérieur de la couverture, une reproduction du portrait du Maire de Lac-Ville. La couverture de ce volume d’un rouge éclatant me fait un peu penser à la peau d’un dragon (ce qui convient parfaitement au film), et est cette fois enjolivée d’un losange doré encadrant le titre.

Enfin, le quatrième volume, toujours centré sur la Désolation de Smaug s’intéresse ici aux Costumes et Accessoires. Le personnage de Tauriel illustre le centre de la couverture, assortie aux tons verts du livre. Cette fois c’est une cotte de maille qui imprègne le fond de la couverture. J’ai remarqué une qualité supérieure du papier comparée aux précédents volumes, plus lisse, ce qui expliquerait peut être l’augmentation légère du prix. Sont présentés les Hobbits de la Comté, l’Ordre des Magiciens, la Compagnie de Thorin, les Nains d’Erebor, les Elfes de Rivendell, les Sbires des Ténèbres, Beorn et sa demeure, les Elfes de la Forêt Noire, Lac-Ville et sa population, et enfin Dale et sa population.

J’ai déjà commandé le cinquième volume sur l’Art et le Design de la Bataille des Cinq Armées, dont la sortie est prévue au 17 décembre. Je ne manquerais de poster quelques photos quand je le recevrais. Pour l’instant, je ne sais pas si un deuxième volume de la Bataille des Cinq Armées est prévu, nous verrons cela d’ici l’année prochaine.

Critique : Horns

Horns-Main-Poster-final

Dernier film du réalisateur Alexandre Aja, à qui l’on doit La Colline a des yeux, Mirrors ou bien encore Piranha 3D, Horns nous raconte l’histoire incroyable d’Ig Perrish, accusé du meurtre de sa petite amie. Comme si cela ne suffisait pas, un matin il se réveille avec des cornes qui lui poussent sur la tête. Il va alors se rendre compte que ces cornes ont un pouvoir sur les gens et va donc se servir de ses nouvelles capacités pour obtenir la vérité sur le meurtre de sa fiancée et trouver le coupable.

Quand j’ai entendu parler de ce film avec en tête d’affiche Daniel Radcliffe (alias Harry Potter), je ne savais pas du tout ce que cela pouvait donner et j’avais quelques réserves. Mais en découvrant la bande annonce quelques temps avant sa sortie au cinéma, le film m’a un peu plus intriguée et avait l’air plutôt décalé. Et j’ai été agréablement surprise !

Daniel-Radcliffe-In-Horns-2014-Film-Wallpaper

Il faut reconnaître que Daniel Radcliffe a fait du chemin depuis Harry Potter. Dans ce film, on découvre un acteur plus mature avec un jeu plein de nuances et une palette incroyable d’émotions. Le reste du casting est convaincant, en particulier Juno Temple qui interprète Merrin, sa petite amie, qui crève l’écran à chacune de ses apparitions.

Le film passe par plusieurs genres différents, à la fois fantastique, thriller horrifique, mais aussi une pointe d’humour et de gore justement dosé. La mise en scène est intéressante. Le sujet principal du film est un sujet peu souvent exploité et fait l’originalité du film. On assiste ici à la transformation d’un homme en démon au fur et à mesure du récit. Cependant, on pourrait reprocher le dénouement final un peu facile et quelques éléments prévisibles au cours de l’enquête.

14092101320017742612540746

Néanmoins, on passe un agréable moment devant Horns, en particulier lors des scènes où Ig se sert de ses pouvoirs volontairement ou pas sur les gens, ce qui nous donnent des situations assez cocasses. Un des meilleurs films que j’ai vu depuis la rentrée !

Critique : Maléfique

angelina_jolie_in_maleficent-widescreen_wallpapers

Maléfique, la nouvelle production des studios Disney est sortie dans les salles obscures depuis mercredi. J’avais hâte de découvrir ce nouveau film centré sur la méchante emblématique de la Belle au Bois Dormant depuis que l’on avait parlé du projet. En 2010, peu avant la sortie du film Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton, le projet avait été évoqué. Tim Burton avait même déclaré vouloir réaliser le film mais c’est finalement Robert Stromberg qui a hérité du projet. Ce dernier avait déjà participé à la suite des aventures d’Alice et signe ici sa première réalisation.

Image:

Le film raconte donc l’histoire de Maléfique, une jeune fée qui vit dans un royaume peuplé de créatures magiques et féeriques. En grandissant, la fée devient la protectrice de ce royaume qui vit dans la paix jusqu’au jour où les hommes menace cette harmonie. Le cœur flétrit par une trahison impitoyable, Maléfique réclame vengeance et lance une malédiction sur l’enfant du souverain. Mais alors que la princesse grandit, Maléfique se rend compte que Aurore détient les clés de la paix du royaume entre ses mains.

Angelina-Jolie-et-sa-fille-Vivienne-dans-le-film-Malefique

Il s’agit ici d’une version revisitée du conte de la Belle au Bois Dormant. Si vous pensez que le film raconte la même histoire que le dessin animé de 1959 mais d’un autre point de vue, vous faîtes fausse route. C’est ce qui m’a un peu déçue d’ailleurs. Mis à part ce petit détail, le film est une réussite. On découvre ici un univers riche. Les effets spéciaux sont réussis, même si parfois on trouvera qu’ils sont un peu surfaits pour certaines créatures qui perdent alors toute crédibilité. La 3D est bonne, les décors et costumes magnifiques et la musique de bonne qualité. Le doublage français est correct, j’adore toujours autant la voix de Françoise Cadol (qui double Angelina Jolie). Sa voix mystérieuse se prête parfaitement au personnage.

1795918_10152276736319776_1805080406_o

Le casting principal est convaincant mais c’est surtout Angelina Jolie qui porte le film avec une excellente interprétation de Maléfique. D’ailleurs, je n’imaginais personne d’autre dans le rôle. Elle Fanning propose une autre version de la princesse Aurore. L’actrice ayant le même âge que le personnage nous offre une interprétation plus légère et enfantine. Même si la princesse Aurore du dessin animé était plus gracieuse, celle ci n’en reste pas moins adorable. On sera aussi agréablement surpris par Diaval, le corbeau qui est bien plus convaincant que ce cher Prince Philippe niais tout juste réduit à embrasser la belle. Les trois bonnes fées sont quant à elles une véritable catastrophe ! Leur sottise en devient navrante.

1973346_10152276736394776_1261788147_o

Pour revenir au scénario, je trouve qu’il y avait de très bonnes idées, comme par exemple le passé de Maléfique et ce qui la pousse à se venger ainsi que le lien qui l’unit à Aurore quand elle grandit. Mais ce qui est dommage, c’est qu’au final on se rend compte que Maléfique n’est pas du tout méchante. Elle est transformée en « bonne fée ». J’aurais aimé que cette noirceur dans son cœur soit plus exploitée. La fin est également un peu trop vite expédiée et n’a plus rien à voir avec le dessin animé original, qui n’est pas sans rappeler la Reine des Neiges. Le seul reproche que j’aurais à faire c’est qu’ils auraient dû rester un peu plus fidèle au dessin animé d’origine, en nous proposant une histoire inédite en complément de celle que l’on connaissait déjà. Les clins d’œil sont nombreux et j’ai particulièrement apprécié la scène du baptême.

En conclusion, Maléfique est un divertissement qui plaira aux petits et grands. Une version alternative du conte qui met en lumière la plus célèbre méchante de Disney, qui nous apparaît ici bien plus humaine que l’on pourrait le croire.

Nouveautés en blu-ray

Quelques nouveaux films sont arrivés dans ma blu-raythèque, en particulier grâce à Amazon, avec la promotion 3 blu-ray achetés = 2 offerts. Vous trouverez un très large choix de titres dans cette promotion alors si vous voulez compléter votre collection n’hésitez pas, vous avez jusqu’au 18 mai pour en profiter !

J’ai donc pris deux films de Sofia Coppola que je voulais découvrir avec en vedette la belle Kirsten Dunst : Marie-Antoinette et Virgin Suicides. Ensuite, il y a Zodiac de David Fincher que je voulais également voir depuis un moment. Breakfast Club, un classique que j’avais particulièrement apprécié et pour finir le dernier épisode de la saga Twilight.

Il y a également la dernière saison de Vampire Diaires. Je ne pouvais plus attendre pour voir la suite. La série est toujours aussi passionnante.

HOT TOYS The Dark Knight Rises – Selina Kyle

J’ai mis mon blog un peu de côté pendant les fêtes de fin d’année. Je vous souhaite une bonne année et j’espère que vous avez passé de bonnes fêtes et reçu plein de cadeaux du Père Noël. En tout cas, Catwoman n’est pas arrivée en retard pour Noël ! Et oui j’ai reçu il y a quelques semaines ma précieuse HOT TOYS. Je l’avais précommandé cet été avant l’achat du Joker et on peut dire que la belle sait se faire désirer ! Je commençais à me demander si elle arriverait avant 2014. En tout cas, je suis vraiment subjuguée par sa beauté. Elle est beaucoup mieux que ce que j’avais imaginé. Ce n’est certes pas une HOT TOYS Deluxe comme le Joker mais c’est tout de même une très belle HOT TOYS. Elle rend beaucoup mieux en vrai qu’en photo.

La boîte est de taille bien plus petite que celle de notre Joker mais est très jolie. On peut voir une photo de Catwoman sur le couvercle. La découpe de celui-ci laisse entrevoir un creux de couleur doré entre les deux parties de la boîte pour donner une touche d’originalité. A l’intérieur, un carton recouvrant la figurine avec la phrase « the storm is coming ». La figurine est simplement emballée dans du plastique rigide. Elle est à l’échelle 1/6, mesure 28 cm, et comporte 28 points d’articulations environ. Elle est fournie avec 7 mains interchangeables au total, son masque et un pistolet, ce qui représente peu d’accessoires.

Venons en à cette chère Selina ! J’ai tout de suite été frappée par la précision de son visage. J’avais peur d’être déçue mais on reconnait bien les traits d’Anne Hathaway. La chevelure également m’a impressionnée. Je m’attendais à des cheveux de poupée mais ils sont doux et brillants et de belle qualité. Ils sont plaqués vers l’arrière pour faciliter le port du masque. La pointe des cheveux est dégradée également ce qui donne une agréable finesse dans la chevelure.

Le costume est tout simplement magnifique ! La combinaison est texturée et de très bonne qualité. Quant aux gants et aux cuissardes, on jurerait que c’est du cuir ! Le tout est moulé près du corps comme il faut. J’aurai préféré que les fesses de la voleuse soient un peu plus rebondies, elles  manquent un peu de forme mais bon ce n’est qu’un détail. La ceinture est très détaillée et finit le costume. Je n’ai pas parlé du masque. La figurine est beaucoup plus classe avec que sans. Je préfère relever les lunettes de manière à voir ses yeux et les oreilles de chat. Il est très beau mais doit être manipulé avec précautions ! Je ne suis pas fan du système d’attache à l’arrière qui a tendance à se détacher tout seul. Sinon à part ce détail gênant, les mains sont très faciles à remplacer. Pour exposer la figurine, nous avons un socle rond noir dont la surface est en relief façon « gouttes de pluie » avec le logo de Batman fissuré et le nom de Selina sur une plaque métallisée.

Catwoman a beaucoup d’allure dans une belle pose sur son socle !

Critique : La Reine des Neiges

FROZEN

Je n’ai pas pour habitude de faire des critiques de cinéma mais bon je me lance avec le nouveau film des studios Disney, la Reine des Neiges. J’ai eu l’occasion d’aller à l’avant première dans mon cinéma favori tout juste hier. Et je suis ressortie de la salle comblée, le film est complètement à la hauteur de mes espérances.

La Reine des Neiges est le 53ème classique d’animation Disney et s’inspire du conte de Hans Christian Andersen. Il aura fallu pas moins d’une décennie pour que la Reine des Neiges passe de simple « projet » à ce grand film d’animation qui sort dans les salles le 4 décembre.

FROZEN

Elsa, héritière du royaume d’Arendelle, est dotée de pouvoirs magiques depuis sa naissance. En effet, elle peut contrôler la glace mais c’est un très grand pouvoir difficile à contrôler. Par crainte de blesser son entourage, elle cache ses pouvoirs aux yeux des autres, y compris à sa jeune sœur Anna, ce qui la plonge dans la solitude. Lors de son couronnement, son pouvoir est malencontreusement révélé aux yeux des autres. Elle plonge alors le royaume dans un hiver éternel et n’a pas d’autre choix que de fuir. Anna, déterminée à ramener sa sœur et à libérer le royaume de ce sortilège part à sa recherche. Accompagnée d’un montagnard du nom de Kristoff, elle se lance dans un voyage plein de dangers.

Ayant adoré Raiponce, j’attendais beaucoup de la Reine des Neiges depuis la révélation de sa bande annonce. Et les multiples critiques élogieuses que j’ai pu lire à son sujet n’ont fait qu’accroître mon impatience de découvrir ce nouveau trésor des studios Disney. Disney a misé gros sur ce film et on peut dire que c’est une grande réussite.

"FROZEN" (Pictured) ANNA. ©2013 Disney. All Rights Reserved.

L’animation est d’une qualité irréprochable. Le rendu de la neige, de la glace et des textures est tout bonnement incroyable. Les décors sont somptueux. La musique est magnifique. On n’a jamais entendu autant de chansons dans un Disney, ce qui donne un aspect « musical » au film, ce qui n’est pas pour me déplaire. On retiendra surtout deux chansons que l’on ne pourra s’empêcher de fredonner à la sortie du cinéma. Le doublage français est très bon, les voix sont convaincantes. J’avais une appréhension pour Dany Boon dans le rôle d’Olaf, mais au final c’était une agréable surprise. On a une belle brochette de personnages variés et de qualité, en particulier pour les deux sœurs qui sont très différentes. Anna est une héroïne attachante et pleine d’humour. Elsa quant à elle a une personnalité complexe et tourmentée, c’est un personnage féminin intense qui a beaucoup d’allure. Olaf est probablement l’atout comique du film et chacune de ses apparitions est drôle sans jamais être lourde. Action, rebondissements, drame, magie et humour sont au rendez-vous.

"FROZEN" (Pictured) ANNA. ©2013 Disney. All Rights Reserved.

La Reine des Neiges deviendra à coup sûr un grand classique du catalogue Disney. Même s’il ne parvient pas à détrôner Raiponce pour lequel j’avais eu un gros coup de cœur, c’est un des meilleurs films d’animation Disney que je n’avais vu depuis longtemps, que je classerai directement dans mon top 5 ! Je suis déjà impatiente de le revoir et de recevoir la bande originale. Un véritable conte de Noël qui séduira toute la famille.

Bubu-ちゃんのぼうけん

Figma | Scale | Nendoroid | Rilakkuma | Dolls | Cosplays

MangaClamp

Premier site de news sur les CLAMP ! /(⌒ω⌒)\

The Dreamwalker's Collection

Si j'étais un personnage Marvel, je serais le Collectionneur

lecinedesflemmards.wordpress.com/

Quand ça essaye de parler ciné, mais que la flemme domine tout...